lundi 8 janvier 2018

Qu'est-ce qui est rond? qu'est-ce qui est esquinté?


Didier Da vient de nous rappeler que le 7 janvier était l'anniversaire de la naissance de Roland Topor (il y a soixante-dix-neuf ans de cela).

Les éditeurs se souviennent à présent de Topor, il était temps ( Les Cahiers Dessinés ont sorti, trois ans de suite, trois recueils de ses dessins: je vous en ai déjà parlé; ah, non? Je croyais).

C'est ainsi qu'à peine débarqué de la hotte du Père Noël - il y a quinze jours, donc - The Milk of Dreams de Léonora Carrington s'est trouvé un petit copain: Un Monsieur Tout Esquinté de Nicolas et Roland Topor, édition nouvelle, sapée façon peau-rouge.



Ils se sont tout de suite bien entendus, c'est rien de le dire.
Depuis, ils font les quatre cents coups parmi les autres livres, ils jouent à cache-cache et à le Père Noël sait quoi d'autre encore.
Ils donnent un peu le tournis à Rose qui est arrivée en même temps qu'eux et qui essaie de les convaincre de lui donner la main pour qu'ils dansent tous les trois une ronde, ça va bien un moment, mais ce divertissement paraît décidément trop sage pour les deux petits sacripants qui ne tardent pas à repartir au galop. 
Et Rose reste toute seule. 
À danser sa ronde.
C'est dans l'ordre des choses puisque le monde est rond.


Léonora CarringtonThe Milk of Dreams 
(Leche del Sueño
dessins de Léonora Carrington légendés par elle-même), 
(New York Review Children Collection), 2013


Nicolas et Roland ToporUn Monsieur Tout Esquinté 
(dessins de Nicolas avec un petit coup de main de Roland ici et là, 
surtout pour écrire bien proprement les légendes, 
et en introduction un entretien exclusif avec Nicolas, par Roland)
première édition André Balland 1972;
nouvelle édition United Dead Artists, 2017

Gertrude Stein, Le monde est rond 
(The World  Is Round, Scott Books, 1939
avec des illustrations de Clement Hurd)
traduction nouvelle de Martin Richet 
(avec des illustrations d'Alice  Lorenzi), 
éditions Cambourakis, 2017
(il y a aussi une édition bilingue, 
aux Éditions Esperluète, 2011; 
c'est pas celle-là que j'ai eue pour Noël) 



Aucun commentaire: