jeudi 3 février 2011

Attendre le rêve: MURAKAMI Haruki, 7



- A vrai dire, commença-t-elle, j’ai un secret que je n’ai jamais avoué à personne jusqu’ici. J’ai vécu en le gardant seule. Mais aujourd’hui, je voudrais vous le confier. C’est sans doute parce que je ne vous reverrai probablement jamais. Mon père est mort soudainement alors que j’étais encore très jeune, et ma mère, sans m’en dire un mot, a aussitôt...

Nimit tendit ses deux paumes vers Satsuki, puis secoua la tête plusieurs fois:

- Docteur, je vous en prie, ne m’en dites pas davantage. Attendez le rêve, comme vous a dit la femme du village. Je comprends ce que vous ressentez, mais quand on met les émotions en mots, elles deviennent des mensonges.


Thaïlande, une des nouvelles du recueil Après le tremblement de terre

1 commentaire:

denkedran a dit…

The last sentence ist beautiful, if google-translate tells no lies itself.

I whish I could understand french, just to read Cioran in his own words.